Conclusion

La recherche menée dans la région de Gety au cours du mois d’août 2014 a ciblé neuf de 23 sites miniers identifiés dans la contrée ; elle s’est réalisée sur 13 focus groups de 14 personnes en moyenne chacun et  sur cinq personnalités de la contrée.
 
Il s’est dégagé de l’enquête que la région vit l’état de guerre depuis plus d’une décennie et qu’elle est militarisée. Longtemps sous  contrôle des éléments de FRPI, milice du ‘’Général’’ Cobra MATATA, elle est passée depuis juillet-août 2013 sous celui des FARDC, armée gouvernementale.
 
Une de grandes régions d’exploitation minière artisanale en Territoire d’Irumu après les chefferies des Babelebe, des Baboa/Bokoe et des Mobala, la région de Gety draine une importante masse d’exploitants, compris les femmes et même les enfants. Les hommes y restent cependant numériquement plus nombreux compris les hommes en armes. En ce qui concerne ceux-ci, il y a lieu de noter la présence des éléments FARDC, installés dans la région depuis une année, et celle des éléments FRPI qui actuellement mènent des raids sur le territoire en s’attaquant non seulement aux FARDC, mais aussi et surtout pour le pillage des biens de la population, voire pour l’enlèvement des filles. 
 
Si la population soutient la présence des éléments FARDC pour leur sens de justice, il ne reste pas moins qu’ils n’ont rien de différent de ceux de FRPI en ce qui concerne l’exploitation de l’or, voire de tracasseries sur la population. La vie des habitants de la contrée est devenue plus difficile du fait qu’ils ne sont plus libres de leurs mouvements : il faut payer à tout positionnement des FARDC.
Dans le milieu suffisamment appauvri par la guerre, la population a besoin de paix ; les FARDC devraient se distinguer des éléments FRPI par la discipline militaire, le patriotisme et par une vie d’harmonie avec la population.
 
Il importe cependant aussi à la population en général et aux exploitants miniers artisanaux de se conformer aux lois et directives relatives à l’exploitation minière, et de collaborer avec les forces de l’ordre pour le bien de la population et le développement du pays.
     
Au moment où nous avons achevé la rédaction de cet article, nous avons appris par la presse que les notables indru ont rencontré le General COBRA MATATA au cours de la semaine du 18 au 24 août 2014 pour négocier sa sortie de la brousse ; celui-ci aurait posé certaines conditions pour que lui et les siens réintègrent l’armée nationale. A suivre !
 
BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE 
 
  • BAHATI ADJITSE, 2012, Prévalence des infections sexuellement transmissibles dans la zone de santé rurale de Gety, Travail de fin d’études, inédit, Graduat, Biologie-chimie, ISP/Bunia, Bunia
  • KABILA, J., 2009, Loi no 09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant, In Journal officiel de la République Démocratique du Congo, 50e année, 1ere partie, Numéro spécial, 20 janvier, Kinshasa, pp 13 48.
  • IKV/PAX CHRISTI et HAKI NA AMANI, 2012, Un avenir en or en Ituri ? Quel futur pour l’exploitation aurifère en Ituri, RD Congo? 
  • SARW, 2011, De l’or des conflits à l’or criminel : la nouvelle face de l’exploitation de l’or au Congo, SARW, Bureau de Kinshasa.
 
Country: 
Sectors: